Interview de Patrick Druart

© Thierry Vallier

Description personnelle :

Travailleur, déterminé, méthodique, patient et humain

Je n’aime pas perdre mon temps car il est précieux et nous n’ en avons pas beaucoup.

Malgré la densité de travail, j’ai aussi besoin de m’isoler pour me ressourcer même parfois casanier… Mon équilibre, ma famille…

Je suis un grand rêveur avec les pieds sur terre, amoureux de la vie et de ce qui l’entoure

1) Quel est votre parcours professionnel ?

Chef de Cuisine et pâtissier

Formé tout d’abord comme pâtissier puis comme cuisinier au restaurant Ledoyen – durant les quatre années avec Guy Legay et d’autres chefs de renom dont Francis Trocelier.

Commis au Ciel D’azur à Nice

Plusieurs places dans des maisons bourgeoises Uncac, l’Académie Internationale, La salle à manger de direction de la Gan.

Chef au restaurant d’Olympe (Dominique Versini)

Chefs exécutifs ( des Bains-Douches du Palace du Sweet World et la Piscine Deligny ) hauts lieux branchés de la vie Parisienne

Chef gérant aux Echevins restaurant dans les Ardennes

Chef exécutifs et directeur des restaurants des magasins Virgin

Chef privé actuellement directeur du Racing Club de France

2) Pour vous, que veulent dire transmission et savoir-faire ?

Concernant la transmission…

C’est l’acte le plus important à mes yeux… la vie n’est que transmission depuis notre naissance.

La transmission est simplement dans nos gènes… elle est de différentes formes et nous avons plusieurs façons de transmettre

La vue, le geste, montrer et montrer encore… l’apprentissage par la vue est très important montrer, les gestes déjà transmis

Sentir, le toucher, les sensations et encore les sensations… regarder avec les mains, ressentir les choses par le toucher est une expérience extraordinaire

L’ouïe, expliquer, l’écoute et encore l’écoute… Cela prend tout son sens, mais aussi l’écoute en général, le beurre qui chante, la génoise à la sortie du four le lait qui déborde d’une casserole… A chaque fois ça marche

L’odorat, sentir et sentir encore… Tellement important peut-être l’un des plus importants, les odeurs d’une eau salée ou pas, d’une sauce, d’une cuisson, d’un poisson, d’une tatin qui cuit, qui n’a pas au fond de son cerveau des odeurs de son enfance ?

le goût, le bon et encore le bon… Même si le bon est différent d’une personne à l’autre mais, c’est l’alchimie de cet ensemble ancestral transmit dans nos gènes

Bien sur, la transmission d’un savoir qui nous a été transmis et qui avait déjà été transmis n’a pour but que d’être amélioré à son tour. C’est une chaîne humaine qui dure depuis des millénaires nous ne sommes que des passeurs.

Sans la transmission, l’humanité ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui avec des qualités et des défauts.

La transmission prend tout son sens dans le savoir-faire, c’ est la connaissance des moyens qui permettent l’accomplissement d’une tâche; étant judoka et fan du Japon, je pense que les Japonais sont devenus maître du savoir-faire par la répétition des gestes justes. Que ce soit pour l’affûtage d’un couteau, la taille d’un arbre (bonzaï) la découpe d’un poisson ou tout autre art.

3) Quelles valeurs sont primordiales à vos yeux ?

L’amitié, la loyauté, la fidélité, la confiance et la vie dans toutes les formes

4) Définissez-vous en 3 adjectifs ? Quelle est votre couleur préférée, et pourquoi ?

Leader, Travailleur, curieux, intuitif passionné.

Pour la couleur… cela dépend de l’instant elles ont toutes un intérêt pour moi… mais sportivement le vert (Saint-Etienne)

5) Parlez nous des autres passions qui occupent votre existence ?

La peinture… l’art sous toutes les formes… J’apprends la peinture avec les impressionnistes, je suis un copiste des grandes œuvres… J’aime bien refaire les grandes toiles de Van Gohg, Money, Sisley

Le judo… Un art japonais « voie de la souplesse » a été créé en tant que pédagogie physique, mentale et morale au Japon par Jigorō Kanō : le judo permet de s’épanouir, d’être en harmonie avec soi-même et avec les autres. C’est une recherche permanente de la perfection pour faire chuter son partenaire avec une technique adaptée à la personne en adversité.

Le footing… obligé pour des raisons de santé je cours beaucoup deux à trois fois par semaine… mon prochain défi le Marathon de Paris.

Cuisiner pour mes proches… J’aime recevoir mes ami (e)s la famille… des grands moments

Jeanne D’arc, c’est plus l’histoire qui me taraude comment une jeune fille d’un village au fin fond de nos campagnes a-t-elle marqué l’histoire… tout est possible avec des convictions, une vraie leçon de vie

6) Pourquoi avez-vous intégré “Les Toques Françaises” ?

Par curiosité… Chef sur les champs Elysées, j’étais dans mon univers professionnel sans besoin particulier une vie très bien remplie… je suis resté inactif dans l’association plusieurs années avant de m’y investir pleinement !

Je ne suis d’ailleurs adhérent qu’aux Toques Françaises…

7) Que symbolise pour vous “Les Toques Françaises” ?

Un rassemblement de professionnels talentueux et passionnés par leur métier au service des autres.

8) Que vous apporte le fait d’être membre des “Toques Françaises” ?

Humainement beaucoup : l’association est riche et diversifiée… Cela m’a donné aussi la possibilité d’être dans l’organisation et surtout de m’occuper d’un superbe concours, de faire beaucoup de rencontres professionnelles et humaines que je n’aurais jamais pu faire autrement.

Je ne suis pas aux Toques Françaises pour qu’elles m’apportent quelque chose : je suis au service des Toques Françaises, je préfère être dans l’ombre peut-être à cause de notre métier de cuisinier et de mon éducation.

J’ai une vision particulière de l’organisation des Toques Françaises où nous devons avoir des personnes qui sont là pour l’image, et le rayonnement; et les autres qui travaillent pour la bonne marche et l’organisation de notre association au travers des actions diverses au service du plus grand nombre. C’est là où je me sens le mieux. Ne jamais oublier que nous ne sommes que des bénévoles, personne nous oblige à être là… le reste n’a pas d’importance à mes yeux

9) Que pensez-vous apporter aux “Toques Françaises” ?

Une petite aide à mon niveau et beaucoup de temps… mais sur les 20 ans des Toques cela représente une petite pierre à l’édifice. Nous ne sommes pas indispensables, avant moi il y avait des personnes et après moi, il y en aura d’autres.

10) Quelles valeurs trouvez-vous au sein des “Toques Françaises” ?

Partage, l’amitié, le professionnalisme, le défi, l’entraide , la confiance… Le ying et le yang…

11) Définissez “Les Toques Françaises” en 3 adjectifs ?

Jeune, Energique, Rayonnante

12) Quels voeux souhaitez-vous voir exaucer pour “Les Toques Françaises” en 2020 dans le cadre des 20 ans de l’association ?

Plus qu’un vœu un rêve, un très grand Trophée Jean Delaveyne… mon dernier.

Les Toques Françaises partenaire A qui mieux mieux
www.toquesfrancaises.net

Et pour découvrir les autres Toques Françaises, cliquez sur l’image

chef Jérôme Bertin membre des Toques Françaiseschef de cuisine Yves Moulin membre des Toques FrançaisesFabrice Pottier membre des toques françaisesChristian Janier membre des toques françaisesphoto de Patrick Druartchef Pascal Martin membre des toques françaiseschef Emmanuel Lorieux membre des toques françaiseschef Pascal Pineau membre des toques françaises

Suivez-moi

Maud Ménès

Présidente - Fondatrice chez A qui mieux mieux
Directrice de la publication - Rédactrice Web - Journaliste - Conteuse de réalité - Addict écriturière - Révélatrice de vos talents - Chapôteuse - Membre des Toques Françaises
Suivez-moi

Les derniers articles par Maud Ménès (tout voir)

    


Maud Ménès

Directrice de la publication - Rédactrice Web - Journaliste - Conteuse de réalité - Addict écriturière - Révélatrice de vos talents - Chapôteuse - Membre des Toques Françaises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − deux =

Copie interdite - Les images sont soumises aux droits d'auteurs !