Véronique Lataste - Aquimieuxmieux.com

Véronique Lataste

Aquarelliste – Illustratrice

La féminité s’illumine d’un trait de dessin magnanime dans une mise en scène subtile des corps harmonieux se déclinent en courbes définies avec douceur et poésie…

Véronique Lataste dessinatrice, illustratrice et aquarelliste, intuitive, imaginative : le talent à l’état pur, qui sur le papier offrant toute sa blancheur tel un immense mur, aquarellise de délicieuse manière la délicatesse en une corolle au doux mystère, traits précieux, audacieux aux couleurs intenses ou poudrées, dans une élégance appliquée où charme et raffinement émergent afin de faire resplendir la beauté ainsi que le romantisme à son apogée.

Cette artiste dans un dessein de nous faire rêver, et faire resplendir les émotions en adéquation avec nos ressentis, nous initie à un nouveau sens : toucher avec le regard !

Son irrépressible assiduité, son extrême professionnalisme et sa maîtrise avisée de stylisme alliés à une gentillesse caractérisée ne peuvent que démontrer sa grâce avérée

Véronique Lataste c’est un jardin Japonais où les cerisiers et les érables sont toujours en fleurs, c’est un voyage parfumé nuage de jasmin et d’amande qui se dépose au creux du poignet, c’est un tableau de Caspar David Friedrich “Femme dans le soleil du matin” c’est une tonnelle d’été posée au milieu d’un pré verdoyant où campanules, roses et blés se tressent, c’est une fenêtre ouverte balayée par une brise légère qui fait onduler un voilage en organza blanc, c’est une parole rassurante et réconfortante chuchotée par la caresse d’une voix chantante…

Je vous laisse vous imprégner des réponses de Véronique Lataste…

J’aime peindre des scènes de vies avec humour, légèreté et féminité.

1) Qui, quoi, comment t’a donné envie de devenir aquarelliste & illustratrice ?

Des grands-parents dans la mode, des parents dans les antiquités…
De mon passé de styliste, j’ai gardé le sens du détail et le goût du dessin.
J’ai toujours aimé dessiner et j’ai toujours été sensible aux harmonies de couleurs. Pourquoi l’aquarelle ? c’est spontané et léger ! Je retrouve là un sentiment de liberté.

2) Peux-tu nous relater ton parcours : véritable odyssée du croquis au dessin… ?

Les antiquités, l’Art en général, la mode ont bercé mon enfance.
Les tissus, les étoffes m’ont toujours attiré.
Très jeune, je suivais des cours de peinture avec une peintre, amie de mes parents.
J’ai choisi des études de styliste de mode. J’ai eu la chance d’effectuer des stages chez Dior et Guy Laroche. Fraichement diplômée d’ESMOD, Olivier Lapidus m’a proposé une place au studio de haute couture. A son contact et pendant plus de 7 ans, j’ai eu le bonheur de travailler avec des personnes passionnées et j’ai beaucoup appris grâce à elles. Quand j’ai quitté la mode (à la naissance de mon premier enfant) je suis partie m’installer à Toulouse et c’est là, riche de ce passé, que j’ai continué différemment ma carrière artistique.

3) Où puises-tu ton inspiration ?

Pas de pause, c’est tout le temps… et dans la vie de tous les jours, une situation cocasse racontée va tout de suite se mettre en image dans ma tête ! Dans les musées, les galeries, au travers de mes lectures, de mes rencontres, de mes voyages, des défilés des grands couturiers, sur internet, une affiche, un film… le plus petit élément qui va me toucher est prétexte à rentrer dans un tableau. Je suis plus que sensible au raffinement et à l’élégance des détails.

4) Qu’est-ce-que le dessin t’apporte et que penses-tu apporter en dessinant ?

Il me fait voyager et rêver. Il m’apporte la gaieté, la légèreté, l’insouciance, la fraîcheur, un imaginaire idéal.

C’est également ce que je tente de transmettre.

5) Si tu devais te décrire en 3 adjectifs ? Quelle est ta couleur préférée, et pourquoi ?

Passionnée, déterminée et optimiste.

En tant qu’aquarelliste, je te propose plutôt un dégradé, des rouges aux roses en passant par les orangés. Des tons qui réchauffent et enveloppent.

6) Qui admires-tu ? Quels portraits pourraient voir le jour grâce à tes talents de dessinatrice ?

Des personnes qui s’engagent pour des causes nobles avec simplicité et humilité.

Les grands couturiers qui ont révolutionnés la mode : Dior, Chanel, YSL.

7) Quelles valeurs et quels principes te tiennent à cœur ? Quelles causes te touchent particulièrement ?

L’amour et l’amitié.
Un sentiment profond de justice.
La liberté au sens large, penser, créer, aimer, changer, évoluer…

8) Si tu étais :

Un animal ? J’hésite… entre un écureuil et un flamand rose.
L’écureuil pour son agilité, sa dextérité, sa détermination.
Les fenêtres de mon atelier donnent sur un parc et c’est un bonheur de les observer de mon bureau.
Le flamand rose, entre ciel et terre, pour sa délicatesse et sa fragilité, son plumage comme une aquarelle, sa finesse et sa ligne.

Un monument ? Le Pont Alexandre III sans hésitation.
Un pont symbole de passage.
Celui-ci particulièrement, car il est majestueux dans son architecture et ses ornements et visuellement, d’un coté, les Invalides, le passage avec la Seine et cette vue magnifique, puis le petit et le grand Palais de l’autre coté.
Juste Magique !

Un goûter parfait dans un salon de thé ? Le premier goûter gourmand serait avec Jean d’Ormesson, Charlie Chaplin, Marie Antoinette, Jacques Tati et Elsa Schiaparelli à la Réserve à Paris.
Après un pareil moment de partage, je renouvellerais régulièrement ces goûters, beaucoup d’autres personnes à inviter et admirer…

Un objet ? Depuis mes 14 ans, ma boite d’aquarelles offerte par mon grand-père, avec tous les souvenirs qu’elle contient depuis plus de 30 ans.

Un personnage de conte ? Alice au pays de merveilles et tout cet univers fantastique qui l’entoure.

9) Quelle est ton actualité, quels sont tes projets ?

Des projets de logos et d’aquarelles pour illustrer l’image de marque de nouveaux clients.
Un nouveau calendrier en préparation. Une exposition de mes tableaux cet été dans le sud de la France, à Bandol. Le développement d’une collection capsule d’accessoires mode et déco.

10) Quelle question souhaites-tu poser aux lecteurs/lectrices de “A qui mieux mieux” ?

Plus qu’une question, une réflexion car j’entends très souvent : « Quelle chance vous avez, moi, je n’ai jamais su dessiner », « Je ne suis pas doué, c’est un vrai talent de savoir dessiner », « c’est un grand regret de ne pas savoir, je suis très frustrée »
Ce regard que les personnes portent sur eux-même est très dur. C’est dommage que l’on n’apprenne pas les bases du dessin à l’école comme les autres matières. En effet, la plupart des personnes s’arrêtent de dessiner entre 7 et 10 ans dès que la lecture et l’écriture sont bien acquises. C’est pourtant une technique à la portée de tous, et qui devrait être enseignée à l’école.
Si vous avez envie… un petit carnet, un crayon, des couleurs ou pas, et tout simplement l’observation d’un objet, d’un paysage ou votre imaginaire avec le sentiment de se faire plaisir en retranscrivant ce que l’on ressent dans cette observation. En se disant que l’idée de faire du « beau », le regard de l’autre et le jugement personnel n’ont pas d’importance. Le dessin : c’est juste une autre forme d’écriture.

Alors, sans crainte, vous êtes partant pour essayer juste pour vous faire plaisir ?

logo de Véronique Lataste aquarelliste et illustratrice

www.veroniquelataste.com

frise réseaux sociaux

coccinelle signature A qui mieux mieux

Suivez-moi

Maud Ménès

Présidente - Fondatrice chez A qui mieux mieux
Directrice de la publication - Rédactrice Web - Journaliste - Conteuse de réalité - Addict écriturière - Révélatrice de vos talents - Chapôteuse - Membre des Toques Françaises
Suivez-moi

Les derniers articles par Maud Ménès (tout voir)

    


Maud Ménès

Directrice de la publication - Rédactrice Web - Journaliste - Conteuse de réalité - Addict écriturière - Révélatrice de vos talents - Chapôteuse - Membre des Toques Françaises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copie interdite - Les images sont soumises aux droits d'auteurs !